21/10/2017

La mobilité douce...pour qui?

On ne parle que de mobilité douce. Piste cyclable, aménagement pour le cycliste, respect de la route etc... Ah bon? Il est où le respect? Les scooters et motos empruntent les pistes cyclables, les vélos utilisent les passages piétons, les trottoirs, les rails du tram, les trottinettes passent partout. Bref, une guerre sans merci dans la jungle urbaine genevoise où se mêlent engueulades, klaxons et insultes. La petite reine s'immisce de partout au risque de provoquer accidents et terreur. Moi, je les surnomme Vélociraptors. On en voit un devant mais on ne voit pas celui de chaque côté qui se rapproche au point de gicler un rétro, celui qui se poste devant la voiture au feu rouge, celui qui roule à toute vitesse pour vous empêcher de tourner avant lui. Et comme si cela ne suffisait pas, on ajoute les vélos électriques qui se prennent pour de simples vélos, qui posent leurs plaques sur la roue pour éviter de les identifier, qui terrorisent les piétons et autres usagers de la route.

A quand une véritable législation pour protéger les vrais amateurs de la mobilité douce et les usagers de la route ainsi que les piétons!

J'en appelle à ces messieurs de la politique qui palabrent le mercredi en baillant à se  décrocher la mâchoire, n'écoutant pas leurs comparses et ne se regardant que le nombril!

Ceci est un coup de gueule et un ras-le-bol suite à un vélociraptor qui m'a coupé la route, à qui j'ai dit bravo pour son incivilité et qui m'a menacée de me fracasser car il avait tous les droits!

 

20/02/2017

Resto en ligne

Un petit resto le samedi soir, ça détend. C'est ce que je me suis dit alors que cela faisait quelques semaines où je n'étais pas sortie.

Avec ma petite famille, nous voilà installés confortablement, prêts à consulter la carte des mets.

Un couple arrive, suivi de trois personnes puis de quatre, s'installant autour de nous comme une forteresse imprenable.

Nous, impassibles continuons à discuter et rire dans notre conversation.

Soudain, des lumières jaillies de nulle part nous interpellent. Intrigués, nous tournons la tête. Aux trois tables, des portables sont apparus. Et en avant, personne ne se parle, chacun est obnubilé par des textos et autres choses importantes à écrire.

Ils sont tous à regarder leur écran, figés dans un rictus ridicule à tapoter comme des zombies.

Personne ne discute, personne ne se regarde. Le temps s'est arrêté. L'ère de la technologie est en marche. Il n'y a pas d'échange. Juste une pause pour commander dans un regard torve au serveur qui a dérangé le tapotage frénétique.

Nous avons dû passer pour des extra-terrestres à discuter en famille, sans petite machine dans les mains.

 

06:09 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (5)

01/11/2016

La Poste du futur...

Attention! Nouveauté! La Poste imagine les pires stratagèmes pour donner le minimum et nous faire payer le maximum.

 

Le postier n'amène plus le colis à la maison.

La poste supprime les offices dans les villages.

Les entreprises font payer les bulletins de versement. C'est magnifique! On nous a crée des buralistes dans les épiceries. Ce qui amène à nous contraindre d'acheter quelque chose sinon on vous regarde de travers. Les protections des données vacillent: - "Vous avez un recommandé de..."

  " Vous avez un avis de poursuite de..."

"Vous aveu un colis de..." etc... et j'en passe. J'ai assisté à ce genre de démonstration dans mon village. J'ai écrit à la Poste par curiosité. Réponse: "Vous n'avez qu'à prendre une boîte postale qui sera gratuite si elle devient votre adresse principale, sinon il faudra payer. Mais nous mettons tout en œuvre pour satisfaire nos clients et blablabla...."

Et là, je lis qu'à Berne, ils vont tester les colis et recommandés chez les papinous qui s'ennuient et veulent jouer au postier comme on jouerait à la marchande. J'imagine:

-" Oh, vous savez, un tel a reçu ça, il a beaucoup de soucis, mais il faut savoir que..., Mr Truc a reçu ça, cela veut dire que.... "

et tout le toutim.

Mais en fait, elle sert à quoi la Poste? Acheter des timbres, envoyer des colis à des prix exorbitants, en recevoir en faisant des kilomètres pour aller les chercher et recevoir nos factures doublement payantes si on veut rester à la vieille école et passer par les BVR.

On vit une époque formidable là...

poste.jpg

06:17 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (3)