15/09/2013

Harcèlement sur le Net

harcèlement.jpgIl existe un fléau dont on ne parle que lorsqu'il y a une issue fatale: le harcèlement entre enfants ou adolescents.

Internet est un outil merveilleux pour beaucoup de choses mais aussi une arme destructrice et dangereuse.

On remarque de plus en plus des suicides de jeunes en dessous de 16 ans et je trouve inadmissible qu'on laisse des gamins utiliser de tels outils à des fins aussi abominables. Comment les réseaux sociaux peuvent-ils autoriser des mineurs à l'utiliser? Tous ces Facebook, Twitter et autres pourrissent la vie et pas seulement les gosses. Aujourd'hui, tous se baladent avec leur portable, prennent des photos qui circulent sur le Net sans autorisation et foutent la vie en l'air de beaucoup de gens. On ne peut porter plainte, on ne peut retirer des photos, on a la vie gâchée rapidement.

Aucune loi pour l'instant ne protège suffisamment  ou ne punit sévèrement. il n'y a que des pubs et des avertissements.

Comment faire pour protéger nos enfants ou les défendre contre ces nouvelles agressions?

05:59 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

Il y a 3 ou 4 ans, j'avais publié dans le Courrier des lecteurs de la Tribune une lettre sur le suicide des jeunes de 10 à 25 ans. Je rappelle quelques chiffres. En 2007, il y a eu 114 suicides dans cette tranche d'âge, contre "seulement" 78 morts sur les routes.
Le net ne peut pas protéger des jeunes ados sensibles contre des moqueries sur des réseaux sociaux, une photo évocatrice, ou des injures directes et répétées à l'école. Et là, la vie de ces jeunes peut vite basculer d'une brève mais intense dépression vers un acte fatal et irrémédiable.
Mme Nicaud a raison. Il faut protéger ces jeunes rapidement et EFFICACAMENT!
Tout de suite!

Écrit par : Ralf LATINA | 15/09/2013

Vos quelques lignes doivent interpeller : on trouve de tout sur les réseaux sociaux particulièrement sur Facebook. Le harcèlement a toujours existé mais effectivement cela prend des proportions inadmissibles. C'est facile de le faire via ces soi-disant réseaux sociaux.

Porter plainte est sans doute faisable mais comment arriver à prouver que le message litigieux est destiné à une personne plutôt qu'à une autre ?

Bonne journée

Écrit par : Marlyse Albiez | 15/09/2013

@Sandra Nicaud merci pour cet article des plus novateurs en matière d'alerte générale-Ce mal qu'est le harcèlement se généralisant malheureusement même auprès des personnes âgées et surtout vivant seul/es et ce même au delà d'Internet.
Espérons qu'il ne soit pas répondu aux parents comme aux Suisses qui veulent défendre leur sphère privée:surtout ne vous défendez pas,sinon il y aura des représailles.
Conseil surtout à ne pas prendre au premier degré celui ci fait partie d'une manipulation mentale exercée par ceux -là mêmes qui sont sensés vous protéger,c'est à dire les gérances d'immeubles
Et ne révez pas en co-propriété c'est exactement la même chose peut-être pire puisque tous étant au courant du manège de la violation du droit humain en cas de besoin personne ne réagira
Notre pays est devenu un pays de couards,s'insurgeant grâce au numérique mais incapables de se bouger en cas de nécessité absolue et surtout vitale,ce qui fait le beurre des assurances et des sectes Scientologues qui peuvent étendre leurs ramures
Aussi il n'y a rien d'étonnant à ce que les plus jeunes soient sollicités pour n'importe quoi mais en aucun cas pour leur bien être personnel ,soyons en certains!
Très bon dimanche pour Vous Madame

Écrit par : lovsmeralda | 15/09/2013

Les parents ont toute autorité pour interdire à leurs enfants d'avoir un compte facebook ou twitter.
C'est difficile, certes. Il faut se battre, passer pour un(e) méchant(e), résister à l'argument qui consiste à dire que "tous mes amis y sont".
Si les enfants sont trop jeunes pour s'auto-réguler, les adultes peuvent avoir la lucidité d'interdire une chose qui apporte de la souffrance.
Il est possible de porter plainte, puisque souvent, les harceleurs sont connus. C'est rendre service à ces jeunes que de leur montrer les limites.
La loi existe.
A l'école, on assiste à des bagarres qui ont pour origine des histoires de réseaux sociaux. Je vous assure qu'on se bat et on perd du temps avec des histoires qui ne nous appartiennent pas et c'est extrêmement frustrant.
Les familles sont convoquées, les victimes et les coupables entendus et punis. L'école prend des responsabilités qui ne sont pas, en premier lieu, toujours de son ressort.

Écrit par : Calendula | 15/09/2013

Création d'un CyberPolShop

Le Parti Pirate Genevois demande la création d'un espace de prévention et d'accompagnement pour les citoyens et les entreprises victimes de cybercriminalité et de coordination pour la promotion de la cyberprévention auprès des jeunes.

Écrit par : didier bonny | 15/09/2013

Les commentaires sont fermés.