25/10/2014

L'Etat ou une histoire de taxe

L’État a décidé d'augmenter le domaine public car cela n'avait plu s été fait depuis 1988. La belle affaire. Les commerces n'ont pas le droit de gagner de l'argent. Ils se doivent de payer le tribut à l’État pour avoir l'outrecuidance de travailler en indépendant.

Et oui, on se planque derrière la feuille d'Avis Officielle que beaucoup ne lisent pas pour faire passer les augmentations ou les nouvelles taxes en douce.

D'ailleurs, la plupart des taxes existantes prennent l'ascenseur très souvent sans avertissement ni justification. Lorsque le service d'hygiène, ou le service des pesées pour les balances passe dans les établissements habituels pour une tournée régulière sans souci, on fait payer son passage au commerçant. L’État ne passera que rarement dans les établissements à problèmes sauf en cas de dénonciation pour éviter la paperasse lourde qui lui coûterait trop cher.

terrasse.jpgLà, ce sont les terrasses qui sont visées ainsi que les chantiers. Encore une belle arrivée de sous en perspective lorsqu'on sait le nombre de travaux et de terrasses qui jonchent la ville.

taxe.jpg

Picsou avait tout compris et l’État fait de même.

  Rien ne vaut une bonne douche d'argent des indépendants pour les étrangler un peu plus.

07:53 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0)

10/10/2014

Tolérance Zéro ou Vaches à lait?

J'adore l'article! Tolérance zéro car il y avait de la tolérance avant. Il faut être équitable envers ceux qui paient et qui n'avaient pas de tolérance. On se retrouve dans l'absurde burlesque.

Il y a plus de macarons que de places de parking zone bleue, les rares box ou places à louer sont hors de prix ou hors zone de travail, un reste des places sont régulièrement verbalisées, contrôlées à l'aide de petits appareils espions mais on parle d'équité!

C'est une course à l'argent, à l'argent et à l'argent tout simplement. Quoiqu'on en dise.

Pour ce qui sont des deux roues, c'est un autre problème. C'est surtout le manque de place sur le pare-brise qui doit leur faire défaut, sinon ils colleraient tout autant. Je ne crois pas à la différence entre les deux roues et les quatre roues. Pour les vélos, c'est encore autre chose puisqu'il n'y a pas de plaques d'immatriculation.

On veut diviser pour mieux régner et recevoir des sous hors taxes, hors impôts pour mieux étrangler le contribuable.

amende.jpg

06:34 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (4)