11/11/2014

Choix des transports ou choix pécunier?

transports.jpg12500 personnes ont été consultées sur le libre choix des transports. 477364 personnes vivent dans le canton de Genève. Le pourcentage est faible sur la demande.

Bientôt, plus de droit de rouler. On nous supprime gentiment nos libertés sur l'avance d'un petit pourcentage de la population. Ce sont toujours les minorités qui commandent. On a supprimé des voies, ajouté des lignes de tram et de bus qui se croisent, on  a créé un trafic dense avec de nombreux travaux qui perturbent sans arrêt la circulation, on a provoqué consciemment le phénomène, mais ça ne suffit plus. L'incompétence des gérants du flux routier n'a plus d'autre choix que de supprimer certains accès pour effacer les traces de leurs âneries. Alors, on fait des statistiques bidons, démontrant ce que le peuple veut. Mais est-ce le peuple? Est-ce le choix d'une politique larguée dans les méandres de l'incompréhension totale de gestion d'un trafic non maîtrisé?

Les transports publics sont obligés de baisser leur tarif suite à la dernière votation, ont peur de perdre de l'argent dont certains bénéficiaires désirent conserver des salaires faramineux, aussi, une solution: obliger à prendre les transports publics pour pallier au manque évident d'un bénéfice en perte de vitesse! Alors, pour faire passer la pilule: C'est pas moi qui dit, c'est le peuple! Ah, il a bon dos le peuple. On le concerte et on le prend en otage lorsqu'il y a l'argent au milieu. On va l'écouter si l’État peut resserrer l'étau de sa petite dictature émergente.

Doit-on toujours courber l'échine et dire oui à un diktat qui prend de l'ampleur insidieusement dans nos libertés qui se trouvent bafouées de plus en plus?

06:35 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

encore vous vous avez le droit de vote! ce qui n'est pas le cas de la plupart des gens qui travaillent et circulent à genève!
et ça se dit une démocratie exemplaire...

Écrit par : nathalie ory | 11/11/2014

Les commentaires sont fermés.